Connect with us

Publié

on

Le 16 décembre 2016 avait démarré l’aventure Civic Bag; le sac en papier ciment. Objectif, trouver une alternative durable à la problématique des sachets plastiques non biodégradables. Eco-Packaging House, la société productrice de Civic bag se présente aujourd’hui comme une contribution citoyenne à la réduction de la pollution de l’environnement. L’entreprise a à sa tête Achille NOUSSIA. 

Interview

Africavi: Comment ont été vos débuts quand vous vous êtes lancés dans cette aventure?

 Achille NOUSSIA: Au début, on a galéré. On avait pas les moyens, on avait pas le soutien nécessaire pour pouvoir payer les équipements qu’il fallait. Donc j’ai tout financé de ma poche. Je venais de fermer mon agence de communication. Ma femme est là. Elle dit maintenant tu vas faire quoi? C’était compliqué. Mais je savais que cela allait payer un jour. Dieu merci depuis 5 ans je vis exclusivement de cette activité . Il y a d’autres personnes qui travaillent avec moi et qui sont rémunérées à partir de cette activité.  

Africavi: Avez-vous un circuit d’approvisionnement en matière première qu’est le papier ciment? 

Achille NOUSSIA:  Au début, je me promenais sur les chantiers pour récupérer des paquets de ciment. Il y en a qui me donnaient gratuitement parce qu’il ne savait quoi en faire. Mais quand les gens ont compris que je faisais un business avec, ils ont décidé de me les vendre. Au début j’achetais la tonne à 300 F CFA, après c’est monté jusqu’à 350 F, on l’a même acheté à 500 F CFA.

Chemin faisant, on a mis en place un circuit de collecte et d’approvisionnement basé avec des briqueteries, ce qui fait qu’on avait plus de rupture de stocks. Il y avait aussi le défi de personnaliser le sac. Moi même j’ai acheté la machine à imprimer. On est plus obligé de couper les papiers et de les amener chez quelqu’un. On pouvait imprimer localement. 

Africavi: Votre capacité de production a-t-elle évolué dans le temps?

Achille NOUSSIA: Ma capacité de production n’était pas au top. J’étais seul. Je me rappelle bien, en une journée, si je travaille non stop, de la coupe jusqu’à la finition, je peux produire 50 sacs. Ce qui était très minime. Mais déjà au bout de trois mois, à l’époque ma commande avoisinait déjà les 100 sacs. Notre toute première grosse commande c’était pour l’Allemagne. On nous avait commandé trois cents sacs et il fallait voir, on avait pratiquement passé toute une semaine à produire les 300 sacs. Mais aujourd’hui 300 sacs c’est une question d’heure. 

Africavi: En termes de production, quelle est aujourd’hui votre ambition?

Achille NOUSSIA: Notre ambition c’est de parvenir à l’étape industrie, étape une, produire 10 mille sacs le jour, 20 mille emballages le jour parce-que la demande est là. Puisqu’on est au manuel, on a des délais de livraison plus ou moins longs, ce qui n’est pas intéressant du point de vue du client. 

Africavi: Quels sont les autres défis ? 

Achille NOUSSIA: Les défis primo, c’est la main d’œuvre. Il nous faut une armée d’ouvrières et d’ouvriers bien formés, bien rôdés pour répondre à la demande. Il nous faut des machines.  Déjà on a quelques machines qu’on va très bientôt installer. On espère acquérir d’autres machines également parce-qu’il n’y a pas que le marché togolais et sous-régional. Le défi également c’est de l’exporter. Au-delà de ça, il y a le défi du management. 

Africavi: à l’orée des 5 ans de votre entreprise, quelles surprises réservez-vous à la population?

Achille NOUSSIA: Prochainement pour les 5 ans de notre anniversaire, on va sortir un nouveau produit qui va être autre chose que le sac. On continue de faire des recherches pour pouvoir développer d’autres emballages mais toujours dans la vision écologique. 

Réalisé par africavi-infos

Continue Reading
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.